Actualité

« Incroyables maisons » Christian CLAUS

Du samedi 18 décembre 2021 au dimanche 30 janvier 2022
Mercredi, jeudi, vendredi de 14 à 18 heures
Et sur rendez-vous
Vernissage le samedi 18 décembre de 15 à 20 heures

 

Maison aux murs sans yeux et parfois traversée par un couloir étroit,
qui conduit vers l’ailleurs, ou bien un escalier que les doigts font glisser.
Maison au toit pointu, amovible ou non, ou bien au chapeau rond,
hésitant et quelquefois absent.
Maison striée de solitude et lissée de silence.
Maison prison de l’impossible, boîte de pierre bleue, qui s’ouvre ou pas
sur le trésor du rien.
Maison écartelée comme un dilemme gris, faussement inachevée,
brute et polie, en bel affrontement intérieur.
Maison sur pilotis et blanche résistance à la montée des eaux,
toute en promesse de vols d’oiseaux.
Maison d’enfance, jouet de pierre, au sens et non-sens associés.
Annie Préaux

Share

« Sous les pavots, la tombe » André CHABOT

Par André CHABOT

Dimanche 31 octobre à 11 heures, XL Fleur, 33 rue de la Chaussée Mons

Signature de la plaquette « Sous les pavots, la tombe » 18ème publication

au format « Carré Noir sur Fond Noir »
consacrée à la symbolique funéraire
à 16 heures, Galerie KOMA, au pied du beffroi
Échange public entre A. CHABOT et Georges Harry ROUZIER

Share

« NAUFRAGE » Martine VANDERHOVEN

Du vendredi 6 août au dimanche 5 septembre 2021

Exposition ouverte les mercredi, jeudi, vendredi.

De 14 à 18 heures et sur rendez-vous : 065/31.79.82

Vernissage le vendredi 6 août de 18 à 22 heures

L’intrusion délicate des objets de Martine VANDERHOVEN en cette île qu’est notre lieu conforte les complicités qu’entretiennent l’artiste et son époux violoniste, depuis plus de quinze ans, avec notre perception de la fragilité des lieux et des personnes.

Elle s’y concrétise par la mise en espace de supports, boîtes, socles, structures, contours qui engendrent, portent ou révèlent des « tracés » flottants ou vibrants dessinant l’espace.

La couleur dominante est le blanc mat.

Les matières sont le fil texturé de colles, les papiers, la paraffine et le crin.

Se jouant des volumes par leur préciosité filiforme, ils s’inscrivent en suspension d’un temps millimétré.

Leur installation écrit une poésie élémentaire de lignes incertaines dans la lumière vibrante de l’été « que le vent emportera »

J-P Denefve

Share

« TABULA  » Jean-François Octave – Environnement sonore « Paradise Now »

 

Dans le cadre d’ARTour, biennale d’Art Contemporain  et patrimoine « L’image conjuguée »

Lieu : Soignies, Collégiale Saint Vincent, tribune sud

Dates : du 4 juillet au 5 septembre 2021

Les samedis et dimanches de 14 à 18 h

Entrée gratuite

 

Avec l’aide de la Fabrique d’Eglise de Soignies

Caroline et Jacques Deveseleer

Maxime Gabriel et Noémie Petit, conservateurs

 

L’image conjuguée
De l’image, du mot et du son …

Le programme d’ARTOUR 2021 propose de questionner les rapports qui nouent aujourd’hui l’écrit et les arts plastiques; numériques et sonores.
Les artistes invités, littérateurs, peintres, sculpteurs ou installateurs les conjuguent au gré de leurs pratiques respectives, les associent pour les donner à voir, à lire, à entendre ou à regarder.
Le champ des possibles est vaste. Le programme de cette « image conjuguée » modeste pour un débat si vaste, se veut subtil et sensible, privilégie une conjonction entre le visible et la graphie, lisible ou à interpréter.
La conjugaison favorise la liberté d’interprétation en de multiples déclinaisons poétiques, visuelles ou sonores, ludiques ou conceptuelles.

 

Paradise Now – Tabula (Deus etc)
(création sonore – 23 minutes + 1 minute de silence – en boucle)

Conçue en forme d’introduction mais aussi d’écho/halo aux œuvres visuelles de Jean-François Octave présentées au premier étage de la Collégiale, cet environnement sonore de Paradise Now (le projet solo audio et intermédiatique de Philippe Franck) est une suite composée de 5 mouvements enchainés, qui peut aussi s’écouter librement de manière autonome.
Voyageant entre des paysages électro ambiants ponctués de pulsations post rock et de chants polyphoniques imaginaires, le visiteur est invité à se laisser immerger dans ces flux d’ondes baignées d’une lumière spirituelle et amoureuse, quelque part entre terre et ciel.

Paradise Now > traitements électroniques, voix, guitare, basse, bols tibétains, claviers, sampling.

Produit par Transcultures, dans le cadre de la biennale d’art contemporain et de patrimoine ARTour
En complicité avec la galerie Koma et Central (centre culturel régional du Centre).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Share