Novella asbl

Novella est le comité d’activités culturelles de Nouvelles, paisible petit village du grand Mons que la modernité à épargné de ses blessures.

Nouvelles est un écrin de verdure borné de fermes de caractère, de deux cimetières et de l’église Saint Brice.

Chaque année au milieu de l’Avent, dans ce lieu magique reconnu de tous pour son acoustique exceptionnelle, l’écho des vibrations à gorge déployée se mêle aux rumeurs nocturnes de la campagne attentive aux prémices de  l’esprit de Noël.

 

 

 

 

 

Siège social  : 25 rue de Robersart à Nouvelles – MONS

Share

Céleste Marco Pellizzola

 

Manfredi Edizioni  –  Année 2019  –  Langues : italien/Anglais/français  – Pages : 144 -Format : 16,8 x 27 cm

Reliure : brochage fil à coudre – couverture : cartonnée – ISBN : 978-88-99519-82-7

Prix 25 euros.

 

 

« Le bleu de la nuit crie : Au secours ! »

Les bassines en métal étaient posées dans le chœur qu’aucun chant d’église n’animait plus.

Elles marquaient le sol sous les plus mystérieux, les plus sombres vitraux de l’édifice.

Ces verrières déversaient sur le déambulatoire un bleu nocturne seulement éclaboussé, par endroits, de quelques éclats de diamant noir ; les étoiles.

Par l’allée centrale une jeune femme s’approcha de l’autel.

Sa longue robe couleur ivoire, d’un autre temps, était sertie de perles nacrées.

Un pigeon, en intrus, roucoulait sur la tête de Jacques, le Majeur, gardien muet du site.

La dame s’immisça sereinement au cœur de cette magie s’arrêtant devant chaque récipient rempli de pigment où tremblait en miroir l’irisation des astres alignés comme des billes d’agate sur un lit d’enfant.

Son regard sombrait vers le sol, songeur, et s’ancra sur la vasque où se mirait la constellation du Cancer.

D’un bond rapide et simple elle plongea.

Le crabe céleste ouvrit délicatement une pince sur son décolleté de velours et la happa.

Ses cheveux longs d’un noir crépusculaire surnagèrent un instant à la surface. Seule, bientôt, une trace de rimmel ombra le ciel artificiel.

Dehors, une voûte soudain sans étoiles distilla une pluie ruisselante.

Des gouttes perlèrent du plafond et tombèrent en réguliers « ploc ploc » dans les bassines en zinc qui avaient retrouvé leur usage premier.

Un homme, seul, serré dans un blouson en daim rentra à son tour dans la nef.

Sa valise indiquait qu’il venait peut-être de bleues collines plantées de vignes et d’oliviers.

Il se signa, marcha à petits pas vers le chœur et disposa sur le marbre noir un savon et une pièce de coton.

Profitant de cette eau providentielle, il se lava.

Dans la nuit, toutes sirènes hurlantes, un véhicule bleu aux vitres grillagées , passa.

Jean-Pierre Denefve le 28 /10/2018

 

 

Share